Quand Marmande vaut largement Bordeaux : découvrez le Château de Beaulieu

Publié le

Lorsque je parle de Beaulieu autour de moi, deux types de réactions : la première, celle du néophyte moyen, plus amateur de Leffe que de bon vin, même s'il est de la région:  "Ouais, Marmandais, c'est du petit vin quoi ..."(update : et même on rajoute "de la piquette bonne pour le vinaigrier" ...!), la seconde, celle de l'amateur averti mais réaliste "Ouais, dommage pour eux qu'ils ne soient pas en bordelais, parce que c'est un sacré produit" ...

Alors moi, c'est très clair : je me réjouis infiniment que Saint-Sauveur de Meilhan soit en Lot et Garonne, près de Marmande, et, en effet, à quelques tout petits kilomètres d'appellations bordelaises prestigieuses ! Cela permet à Robert et Agnès Schulte de nous proposer à des prix plus que raisonnables ce que nous ne pourrions nous offrir si ces quelques kilomètres avaient été franchis par les AOC ... 

Le Château de Beaulieu est une appellation "Côtes du Marmandais". Il fait l'honneur de sa région avec ses deux consoeurs, les "Côtes de Duras" et "Côtes de Buzet".
Situé à l'ouest de Marmande, sur des coteaux de Graves, en terrain argilo-calcaire, l'appellation bénéficie de l'ensoleillement, de l'hygrométrie et de la terre du bordelais, sans donner à ses heureux propriétaires récoltants la possibilité de gonfler leur production et leurs prix au souffle des emballements bordelais qui vont finir par faire de cette région pourtant exceptionnelle la niche sans fond de l'enterrement de première classe du vin français ... 

J'en termine ici sur le Bordelais ...
Beaulieu c'est du Marmandais, et il y a tout lieu de s'en réjouir. Dégustateurs comme récoltants ! 

Chaque année depuis trois ans maintenant j'emplis ma cave avec du Beaulieu, et cette année, vraiment, j'ai envie d'en parler.

La recette de Beaulieu : un emplacement exceptionnel, un assemblage de 6 cépages et, surtout, le savoir-faire de Robert Et Agnès Schulte, et de leur équipe, qui, depuis près de 20 ans qu'ils ont repris l'exploitation, livrent un travail au cordeau, qui, années après années assure la qualité intrinsèque du produit. Bien sûr les conditions climatiques offrent la variété. Les années ne sont pas égales en puissance, mais la qualité est toujours au rendez-vous, même sur ce qu'on a coutume d'appeler de "plus petites années".
30 hectares de vignoble sur un promontoire graveleux des Terrasses de Garonne, ancienne appellation "Haut Pays Bordelais".
6 cépages : Merlot, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon, Syrah, Malbec, Abouriou.
Densité pour le Château de Beaulieu : 6000 pieds à l'hectare. Rendement: 35 hectolitres à l'hectare. Après récolte : 12 mois d'élevage en barriques de chêne (20% neuves). 80 000 bouteilles annuelles.
Pour la Cuvée de l'Oratoire : Rendement de 20 hectolitres à l'hectare. Après récolte : 12 mois d'élevage en fûts de chêne (75% de barriques neuves). 10 000 bouteilles annuelles.
Travail des sols raisonné, sélection des cépages et porte-greffes, récolte manuelle. 

Une gamme étendue de 4 vins rouges, adaptés à tous les goûts, toutes les occasions et toutes les bourses. Pour ma part, je ne vous parlerai que des deux premières (Château de Beaulieu, et sa Cuvée de l'Oratoire), car je n'ai pas goûté les deux autres (Le Galapian, appelé "Vin de belle soif" par le récoltant, et la cuvée Le Bel insolent, vin puissant à boire jeune, sur le fruit).

LE CHATEAU DE BEAULIEU


J'ai en cave du 2001, du 2003, du 2005 et depuis hier du 2004.

Coup de coeur pour le 2004, hier : extrêmement fruité, très frais, très minéral. Un vin vif, qui saute en bouche et qui se maintient. A boire dès maintenant. En garde jusqu'en 2013, à mon sens à boire avant, quand même. Médaille d'Argent au Concours Agricole de Paris en 2006, notamment. 9 euros environ à l'unité.

Une base architecturale de ma cave, le 2001 : exceptionnel à boire à partir de maintenant et en garde jusqu'en 2015. Médaille d'Or au Concours des Grands Vins de France. Ce vin correspond à l'exacte définition que je donnerais des vins produits par la famille Schulte : complexité, minéralité, très grand fruité sur les fruits rouges et noirs. En bouche, de la puissance, de l'épaisseur. Pour un prix aux alentours de 10 euros à l'unité, ça laisse rêveur ...
 
Après, on approche le sensationnel, avec les 2003 et 2005 ...

Le 2003 : bien sûr, en raison des conditions climatiques exceptionnelles de l'année, un fruité profond et mûr incroyable,  tannins puissants,  un vin racé, long en bouche, dont les papilles se souviennent. Médaille d'Argent au Concours Agricole de Paris en 2004, Médaille d'Or au Concours des Vins d'Aquitaine 2006, Coup de coeur du Guide Hachette 2007, notamment. On peut commencer à le boire. En garde jusqu'en 2013. Pour un prix inférieur à 10 euros à l'unité, là encore ...

Et le 2005, là, c'est le sensationnel annoncé. Je l'ai goûté à nouveau hier, parce que celui qui est dans ma cave depuis l'année dernière, bien sûr, je n'y ai pas touché ... Je l'ai donc redécouvert, avec ses arômes de fruits rouges mûrs, hyper compotés, sur la cerise burlat écrasée, l'amande très légère,  une puissance aromatique qui se déploie en bouche et qui explose littéralement, une grande profondeur pressentie en contrepoint. A ne pas consommer avant 2013. En garde jusqu'en 2017 sans doute au moins ... Médaille d'Or au Concours des Vins d'Aquitaine, 2007, et médaille de Bronze au Concours Agricole, Paris, 2007.
Le silence qui suit la dégustation de ce millésime, comme l'arôme qui en demeure en bouche, c'est encore du Beaulieu 2005 ... A saisir à moins de 12 euros à l'unité, mais où pourriez-vous trouver l'équivalent ?
(Nota, importante, la nota hein : cet article n'est pas sponsorisé par Beaulieu et la sympathique famille Schulte : j'ai réglé l'intégralité de mes achats, et avec grand plaisir, même, parce que récompenser un tel travail et une telle connaissance de son terroir et des soins à apporter au produit, c'est la moindre des choses !). 
 
LA CUVEE DE L'ORATOIRE
 
Même base de cépages que le précédent, mais travail différent, et à la production et à l'élevage, comme indiqué plus haut, et vieilles vignes de plus de 40 ans d'âge.
Médaille Grand Or au Concours Mondial de Bruxelles en 1997, et médaille d'Or en 1996, 1997 et 2000. 
Des prix nettement plus élevés, mais les produits le valent. Et puis la raison n'est pas loin, car je vous parle malgré tout de vins à moins de 20 euros à l'unité ... Quand je vous disais que cela laisse rêveur.

Il me reste à vous donner leurs coordonnées :

Robert et Agnès Schulte - 47180 Saint-Sauveur de Meilhan
05 53 94 30 40 - Dégustation-Vente tous les jours - Visite  des chais le week end sur rendez-vous

Vous serez charmés par vos hôtes. Leur âge affirme leur expérience. Madame est réservée, fine connaisseuse et grande professionnelle, cela se ressent. Un grand sens de l'accueil et une raffinement naturels qui sont la marque de la vraie élégance : sobriété, maintien et courtoisie.
Monsieur ... un grand charmeur qu'il faut écouter parler de son vin ... on est transporté dans un autre univers. Il en impose par sa grande taille et son tablier rubis, sa distinction. Mais son oeil pétille autant que ses bouteilles et revêt la gravité qu'on leur trouve, leur profondeur et toute l'histoire de son vin.

Leur site internet 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
<br /> J'ai rencontré MM Shulte sur un salon il  y a quelques année. Leur conception un peu "à l'ancienne" du vin m'a enchanté. Je pense souvent à eux, tellement leurs vins m'enchantent.<br /> <br /> <br /> --<br />
Répondre
E
<br /> <br /> Jamais trop tard pour commencer quoi que ce soit dans la vie ...<br /> Alors le vin, c'est une culture, et c'est autre chose que l'alcoolisme ordinaire et ô combien cauchemardesque, un jour tu me liras et tu te souviendras de ça ...<br /> D'ailleurs, tiens, puisque tu parles lecture, et pour te donner une idée de ma connaissance de l'alcoolisme extraordinaire, parce que dans chaque famille et pour chaque cas le sien, je crois ...<br />  tu pourras lire ceci, publié il y a quelques mois, avant que tu ne lises régulièrement ces pages ... C'est aussi un auteur à découvrir et à lire, si ce n'est fait : cliclic ici<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
A
<br /> Bonsoir Manue, moi je n'y connais rien au vin, je n'en bois que dans les trés grandes occasions et trés peu ( j'ai des mauvais souvenirs de jeunesse avec l'alcool et les adultes ) .<br /> Tonton Gérard et son pinard dans son verre à moutarde qui tâche la nappe en toile cirée affalé dans la cuisine en écoutant RTL sur le vieux poste à pépé, brrrr j'en fait des cauchemard .<br /> Sinon je viens de finir " le procès-verbal" de JMG le Clézio et j'ai aimé, c'est trés poétique et philosophique, j'ai bien aimé cette succession de tableaux décousus qui forment une histoire .<br /> Merci pour le conseil, et je viens de commencer Fred Vargas "Dans les bois eternels" toujours d'après tes conseils .<br /> Encore merci , bonne soirée ;<br /> <br /> <br />
Répondre