Le temps des explications, des regrets, mais pas celui de l'oubli...

Publié le

Hier s'est ouvert à Versailles, devant la Cour d'Assises des Mineurs, à huis clos, le procès des jeunes gens accusés d'avoir, autour d'un traquenard organisé pour lui soutirer de l'argent sans lui vendre le cannabis escompté, participé à la mort de Gaëtan, 21 ans, en août 2004, dans le cimetière de Rochefort-en-Yvelines.

Mort pour 300 euros dans sa poche, dérobés par ses agresseurs avec son blouson lorsqu'il gisait au sol, à l'agonie mais toujours en vie, après une chute de près de 8 mètres de hauteur alors qu'il tentait de s'enfuir ...

Cinq ans de procédure pour arriver devant cette Cour d'Assises, de décisions en appels ...

Cinq ans de patience et de deuil pour les familles.

Cinq années qui se dénoueront cette semaine à Versaille, autour de la mémoire de Gaëtan.

Dernier avatar procédural avant cette dernière ligne droite, l'appel de l'ordonnance de renvoi devant les Assises.

Et enfin, aujourd'hui, le temps des explications, des regrets, peut-être.

Mais pas celui de l'oubli.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article