En concert privé avec Daho ? ... Live Pleyel 2008

Publié le

Seul(e) au milieu de la foule qui bruisse d'amour et d'écoute autour de son héros, les yeux dans les yeux avec Etienne ... c'est la magie de ce "Daho Pleyel Paris", enregistré en décembre dernier, live de son Obsession Tour 2008.

J'ai déjà un double live de Daho, avec quelques uns des titres qui se retrouvent sur ce double-là ... mais la qualité de ce dernier-sorti n'a rien à voir avec ce que j'ai déjà pu écouter ... Pourtant, j'ai assisté à une moitié de concert de cette tournée-là  ... mais j'ai eu l'impression de redécouvrir chacun des titres ...

Alors que la salle qui l'avait accueilli à Lille avait cassé la magie de l'intime, je l'ai retrouvée, cette magie, pourtant dématérialisée, dans ce double-album de Pleyel.

On sait qu'on est dans une salle, on entend le public chanter, taper dans les mains, participer au dialogue subtil qu'Etienne instaure avec lui, au feeling ... et pourtant, on se ressent au calme, au chaud, près du feu, avec l'artiste, en tête à tête ... Impression chaude et enivrante due à l'exceptionnelle qualité de la mise en son, avec une prise de voix très proche, qui empêche toute dilution dans l'espace de l'énergie passionnée et sensible de Daho. On retrouve bien sûr l'atmosphère boisée et cordée de la tournée, avec un orchestre électrique complété juste à bon escient de cordes qui appuient exactement là où il faut, quand il faut ...

Il tourne en boucle depuis deux jours chez moi ... J'y ai découvert Les dessous chics en duo avec Jane Birkin, Rendez-vous au jardin des plaisirs avec Camille, et Le grand sommeil avec l'excellent Philippe Katerine. J'avais pourtant visionné un passage télé du duo il y a quelques mois, il ne m'avait pas convaincue, j'avais trouvé l'ensemble particulièrement indolent ... Mais là, l'accord est subtil mais délicat et très agréable à l'écoute ...

Sur ce live, Daho le confident est bien là ... proche de son public, uni dans une communion que l'on ressent fortement quand on se trouve en son coeur ... un immense respect qui comprend aussi le silence, et un amour qui sourd, de part et d'autre, on pourrait presque en voir les fils de lumière se tisser entre scène et salle ... j'ai retrouvé la magie de l'instant Boulevard des Capucines, quand toute la salle retenait son souffle et envoyait des ondes puissantes d'amour à Daho pour lui permettre de transcender ses paroles si intimes et de les rendre universelles ...
 
Ce double est un véritable investissement dans le bonheur ... celui des longues minutes de l'écoute, celui des paroles qui résonnent et raisonnent à l'envi après que la musique se soit tue ... Je pense craquer aussi pour le DVD, et là, pourtant, ma nécessité de passage à l'image étant très légère, c'est vraiment rare ... ! Mais le plaisir de revoir Etienne passer sa main dans ses cheveux, tourner sur lui-même et donner du mouvement à ses mains est sans égal ... Pour un extrait vidéo du DVD, Le grand sommeil, avec Etienne tout seul sans Katerine, c'est ici.
 
Daho, c'est sans doute le meilleur compagnon musical qui se puisse trouver pour une femme.

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
<br /> double .... merciiii... <br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Répondu<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> http://laviesecretedecharlemagnet.hautetfort.com/archive/2008/12/06/l-invitation.html<br /> <br /> si vous avez 5 mn...<br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> assez peu d'hommes... c'est vrai... et pourtant s'ils savaient... tout ce que cette alchimie des mots est un bénéfice pour l'âme masculine..<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Magiques oui ... Pour autant vivre Daho ET Bashung dans sa vie, c'est à fleur de peau tout le temps, et pas facile tous les jours ! ;-)<br /> <br /> <br />
Répondre