Les aveux de Ségolène

Publié le par Emmanuelle Colombani

Toujours à la pointe de "l'humour" elle aussi, Ségolène Royal, pour s'extirper de sa campagne électorale ratée qu'elle ne se résigne toujours pas à appeler "défaite", met en oeuvre une curieuse politique de communication, qui consiste à se dénigrer tout de suite, en espérant que ce dénigrement pèsera durablement sur d'autres qu'elles, ceux, qui, eux, n'auront pas avoué ...

On reconnaît bien là les restes d'une éducation catholico-puritaine bon teint qu'elle ne peut renier : faute à moitié avouée est à demi pardonnée !

En indiquant qu'elle ne croyait pas elle-même dans les mesures phares qui avaient le plus popularisé sa campagne électorale, et qui lui avait rallié, certes de très mauvaise grâce, les voix les plus à gauche du PS, soit LA GENERALISATION DES 35 HEURES et le SMIC à 1500 EUROS, Ségolène Royal cherche donc à rejeter la faute de la non victoire sur les Strauss Kahn et autres Fabius qui l'auraient entraînée dans ce coupe-gorge.

Deux commentaires suffiront :

- qu'est-ce qui lui serait bien resté sans ces deux mesures : l'ordre juste, les militaires dans les écoles, les internats forcés, les flics qui s'auto-raccompagnent ... et un bon nombre de propositions qu'on retrouvait ET chez Sarkozy ET chez Bayrou,

- c'est peut-être pour cette raison, alors, qu'elle avait l'air si peu convaincue ... et qu'elle était si peu convaincante, dans ses meetings ?

Je ne dirai plus qu'une chose : une femme porteuse de tant de convictions, ça force l'admiration, non ?

Publié dans Actualité politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Je ne sais évidemment pas quelle "tactique" elle a en vue, mais ça me paraît être une bombe à retardement (pour elle) : la voir annoncer cela, puis, juste après, la revoir affirmant, en meeting, qu'elle s'engageait à mettre le smic à 1500 €, je trouve ça dévastateur.
Répondre
E
Oui, ça a un petit côté surréaliste ... ! heureusement que la télé existe, on ne peut ainsi complètement refaire l'histoire ... ! sinon, avec Ségolène, ce serait "en avant le révisionnisme !"<br /> Quant à la tactique, franchement, je ne pense pas que ce soit autre chose que de vouloir faire porter sur d'autres épaules que les siennes la responsabilité d'un échec qu'elle ne veut pas assumer seule ... malheureusement !<br /> Et le pire, c'est que ça peut marcher, parce que le Français a la mémoire courte ! et comme elle l'a dit très tôt, ça sortira très vite de sa tête ... et elle en ressortira aussi pure que l'enfant qui vient de naître ! Ségovilaine !