A voir : Génération FLNC

Publié le par Emmanuelle Colombani

Vous n'avez jamais rien compris à l'histoire du nationalisme corse ?

Vous croyez savoir des choses mais êtes malgré tout certain de ne pas détenir toutes les clefs ?

Tout simplement vous ne vous êtes jamais renseignés sur ce sujet ?

Les mots ou les sigles A Cuncolta, MPA, FLNC Canal historique, FLNC Canal habituel, FLNC Union des Combattants ... n'évoquent pour vous que la relation presse faite au cours des années des attentats insulaires ou non et des conférences de presse clandestines en plein maquis ?

Ce DVD est pour vous. Il est édité par l'excellente Compagnie des Phares et Balises, dont j'ai déjà vanté les mérites ici.

Génération FLNC retrace l'essentiel de l'histoire du nationalisme corse, avec suffisamment de fidélité aux faits pour être jugé relativement crédible.

Bien sûr il ne dit pas tout à fait TOUT ...

Notamment du rôle des services "secrets" de l'Etat dans les divers avatars qu'ont connu ces mouvements ... mais malgré tout il en dit un peu, et suggère de façon suffisamment appuyée pour que l'auditeur attentif puisse comprendre que, effectivement, l'Etat français, après avoir entretenu le clanisme, a beaucoup oeuvré pour manipuler des factions, parfois de façon cohérente pour la paix, parfois pour les dresser les unes contre les autres, mais TOUJOURS pour garder la main-mise sur la situation insulaire ... intention certes peut-être louable, mais pas les moyens qui furent employés ... L'Etat français ouvrit une boîte de pandores qu'il ne put bientôt plus maîtriser ... et les forces qui se déchaînèrent furent à la hauteur des hommes mis en présence et des armes, intellectuelles et également bien réelles, qui furent mises entre leurs mains ...

Ce documentaire chronologique est basé sur les témoignages de nombreux protagonistes : essentiellement des nationalistes, bien sûr, mais également de Michel Rocard, d'une magistrate de la 14è section anti-terroriste, de policiers, d'hommes politiques ...

Le film est engagé, certes; engagé au sens où, sans véritablement prendre parti, les hommes et les femmes sont volontairement filmés de façon très humaine, pour faire ressortir toutes leurs peurs, leurs doutes, leur intimité, leurs engagements dans cette histoire terrible.

Mais qui aime la Corse sait que cet engagement-là fait partie de l'histoire de l'île et lui a permis de grandir, malgré tout, ces 30 dernières années. 

Et d'acquérir une autonomie, qui, bien loin de l'indépendance (mais qui en rêve encore ... ?), permet cependant à ce peuple fier, à juste titre, de son passé, de son territoire et de sa résistance, de garder la tête haute et de s'ouvrir sur l'avenir en ayant pleinement reconstitué, accepté et tiré profit de son histoire.

"Ce documentaire représente 2 ans d'enquête, 130 heures d'entretiens, 70 heures d'archives, 80 personnes rencontrées, 6 000 pages de documentation, pour un film de 155 minutes, plus 30 minutes de séquences inédites."

A la fin, les militants interrogés ont le courage de reconnaître les dérives de leurs mouvements ... même si j'aurais personnellement aimé que les dérives mafieuses soient plus clairement explicitées et approfondies ... mais peut-être cela ferat-t-il l'objet d'une nouvelle enquête ?

Ces dérives, qui ont conduit à l'autodestruction d'une partie des mouvements dans les années 2000, ainsi qu'au tissage de liens de plus en plus importants avec la mafia -d'origine italienne- déjà implantée dans l'île, pourquoi ont-elles existé ?

Chacun a son avis, chacun détient sa part de vérité, le champ des possibles est ouvert, y compris, et peut-être même surtout, sur un plan quasi philosophique. Et c'est passionnant.

Quel peut être le devenir d'un mouvement d'autodétermination, ou d'indépendance, ou de reconnaissance politique, culturelle et administrative d'un particularisme régional ou d'une histoire d'une partie d'un territoire national qui n'est français que depuis 3 siècles ? Quel peut être son devenir quand ses objectifs les plus raisonnables ont été atteints ? Quand les hommes ont vieilli, les ambitions personnelles ont grandi, les manipulations étatiques les ont rendus versatiles, voire virevoltants jusqu'à tomber ?

Les dérives que l'on connaît maintenant ne sont peut-être que la queue de traine d'une comète qui, loin de tout brûler sur son passage, a éclairé le passé et l'avenir de l'île, et lui a permis d'évoluer. Ces luttes de 30 ans étaient indispensables à la Corse, pour quelle reprenne pied dans sa propre histoire, avec sa propre langue et la reconnaissance de ses propres particularismes.

Peut-être des mouvements postérieurs seront-ils encore nécessaires, pour rappeler tout cela ou pour encore progresser.

Nous souhaitons seulement que l'Etat se comporte différemment, plus honnêtement, et que, l'expérience aidant, les hommes aussi soient parfois plus sages.

Un novice sortira je pense de ce reportage abasourdi par le poids de cette histoire, par la folie d'un Etat tout puissant et par la folie des hommes, de tous bords, qui ne surent pas s'arrêter à temps sur le chemin d'une certaine inhumanité.

Grandiose, merveilleux, sauvage et terrible. Comme la Corse.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
C'est bon de retrouver son pays quand on est loin de chez soi. Merci pour ces 2 voyages.
Répondre