Mon Dantzig et Colette ...

Publié le

Ahhhh ... Dantzig et les femmes ... rapports délicats ...

Pour preuve ces lignes d'une cruauté légère (... ce que cet homme peut écrire sur les adjectifs ... mais j'ai choisi celui-ci à dessein),  mais sans pareille envers Colette ... parmi ce qu'on peut écrire de plus laid sur une femme sans doute ....

"Son charme est en grande partie apporté par le lecteur [...] elle ne cessa jamais de penser à ses plaisirs, d'abord charnels ensuite digestifs. Colette est un ventre. En un mot elle est dégueulasse. [...] L'instinct, le lascif, le genre femelle, le gourmand succédant au mutin, ces pages pareilles à des draps froissés tachés de semence ou de croissant au beurre !"
Dictionnaire égoïste de la littérature française - 2005

Quelle détestation "organique" de la femme faut-il avoir en soi, pour laisser s'écouler ces mots ... ?

Dantzig, je t'adore !

Publié dans Lectures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article