Puisqu'on me l'a demandé, je participe !

Publié le

Assez rare que je sois taguée dans une chaîne, et encore plus rare que j'y réponde ...

Si je ne suis pas inspirée par le sujet, je zappe (mille excuses encore à
Toréador à qui je n'ai jamais répondu ...)

Là, j'ai laissé la proposition maturer dans mon esprit quelques jours, sans y penser, et puis ce matin, j'ai décidé de m'y mettre. Instantanément, la phrase de fin m'est venue : ça, c'est le signe que le texte est prêt dans ma tête, même à mon insu ... quand j'ai l'idée précise de l'issue, c'est que le reste est prêt à sortir, que j'en aie une conscience précise ou non !

Alors bon, commençons par le commencement !

Qui m'a taguée ?

Olivier.

Le sujet :

Écrire un article relatant ce que vous feriez s’il vous restait 500 euros et 500 secondes à vivre. Vous avez carte blanche, que ce soit en 3 mots ou en 500 lignes, laissez libre cours à votre imagination.

Accessoirement, on pouvait aussi se plier à un second tag : illustrer le billet avec la 6è photo de son dossier le plus récent. Ce que je fais, même si elle n'a qu'un lointain rapport avec le sujet ... on pourrait y voir comme une certaine idée de la colère divine, toutefois ... !

Dernière obligation : refiler le bébé à 5 autres blogueurs !
Je m'exécute :

- Saa, qui aura ainsi de quoi occuper ses derniers jours de vacances
-
Les Pitous, G. ou V. peu importe !
-
Ashley ... mais vu que le Centre Nationale de la Recherche des Sous l'accâââââble de travail, je sens que c'est pas gagné ! Plaignez-la, les gens, plaigniez-la !
-
Didier, qui a le droit de réfléchir en dollars, ce qui fait encore moins ... !
- et
Humeur Noirte, nouveau commentateur de passage, poète anarchisant dont je soupçonne que le sujet pourrait l'amener à briller dans un second degré particulièrement jubilatoire !

Ce qui m'a inspirée ... : le rapport au temps, et à sa mesure, à ces 500 secondes ... et, de façon subliminale, à ces 500 euros, à une certaine "non-valeur" de l'argent ... Je ne l'ai pas fait réellement à la première personne, c'est vrai, mais impossible de m'identifier au personnage ... vous comprendrez à la fin pourquoi, et me pardonnerez certainement cet écart avec la règle ... !

500 secondes.

Il avait 500 euros en poche. Il espérait qu'il tiendrait avec ça jusqu'à midi, car il n'aurait sûrement pas le temps de passer en chercher avant son repas avec Nicolas.

440 secondes.

Il venait déjà d'en filer 40 au chauffeur de taxi qui venait de le déposer devant l'entrée de l'immeuble en rénovation où l'attendait son rendez-vous matinal. Un Chinois, ce chauffeur !

350 secondes.

Putain, c'était vraiment plus possible ! Ces jaunes se faufilaient partout ! Voilà qu'ils trustaient maintenant le marché des taxis parisiens ! On ne comprenait rien à ce qu'ils dégoisaient ... et le plus horripilant était encore leur sourire à la con accroché à leur face de citron, et cette façon qu'ils avaient de plisser les yeux en étirant leurs lèvres ... ça lui donnait juste envie de leur éclater la tronche à coups de Weston, tiens ...

320 secondes.

Un coup d'œil sur ses pieds, d'ailleurs : les Weston étaient-elles propres ? bien cirées ? Il avait plu, et en démarrant, la Mercedes l'avait éclaboussé, il ne manquerait plus qu'il ait des traces de boue sur ses chaussures ... Il était intraitable là-dessus : le standing d'un homme se jugeait d'abord et avant tout à l'état de ses chaussures.

Bon, c'est vrai, pour ce rendez-vous, on ne verrait guère ses pieds, mais c'était une question de principe.

200 secondes.

A cette heure matinale, pas grand monde dans le hall, mais on le salua avec déférence, comme il aimait ... il appréciait d'être reconnu par la valetaille, son bronzage y était pour quelque chose : avoir toujours bonne mine, c'était un plus, en matière de com', incontestablement, un peu sa marque de fabrique à lui !

Et puis ça lui évitait d'avoir à passer par la case « apprêtage », ça l'exaspérait, ça : ces filles n'étaient pas douées, elles s'y entendaient bien moins que lui pour savoir comment il lui fallait se présenter pour être à son avantage. Il avait d'ailleurs bien précisé en acceptant l'invitation : pas de séance « replâtrage », le rendez-vous est de bonne heure, il n'y aura aucune retouche à faire.

140 secondes.

On annonce son passage dans 2 minutes ; il avait bien fait d'arriver au dernier moment, ça lui avait évité de bavarder avec des cons qui se croyaient obligés de parader devant lui ... comme s'il allait parler d'eux à Nicolas ... non mais pour qui se prenaient-ils, ces branleurs ?

80 secondes.

On le fait entrer et asseoir, on pose son micro. Le mec en face s'installe. Il sourit bêtement. Un jeune, ça se voit, il va pas assurer, il a l'air sûr de lui des sombres cons qui ne cherchent qu'à faire un sale coup ... mais c'est pas à un vieux singe comme lui qu'on apprenait à faire des grimaces ... !

30 secondes.

Il tâte ses poches, machinalement ... Merde ! il a dû laisser tomber sa liasse de billets en retirant son imper ... Le scandale qu'il allait faire s'il ne retrouvait pas son fric ! Ils allaient s'en souvenir ... C'est pas le fric, ça, c'est pas grave ! Mais la pince à billets, c'était un souvenir d'une femme plutôt charmante et délurée, Carla, et il y tenait !

20 secondes.

Le type pose sa première question. Mais quel connard ! Tu vas voir comment je vais te le moucher, le jeunot ! Une pensée pour ses 460 euros égarés : ça suffisait même pas pour acheter les deux aiguilles, tiens !

10 secondes.

Allez, j'enclenche un mouvement de mains, je prends mon air outragé, et ...

 

« Comment peut-on reprocher à un président d'avoir une Rolex ? ... une Rolex ? ... enfin, tout le monde a une Rolex ! Si à cinquante ans on n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ! »

 

Et Jacques S. mourut.

Médiatiquement.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E
Demain je compte faire un récap de ce que j'ai pu lire et apprécier sur ce thème imposé ! Ce foisonnement devrait être sympa !Merci Olivier, en tous cas, de m'avoir sollicitée.
Répondre
O
Super content de ta trouvaille... finalement, cette chaîne aura donné d'excellentes choses, et dans plein de registres. Le temps, l'argent, des valeurs sûres pour c!réer !?! Bravo pour cette mise en situation.
Répondre
E
Eh ben si, finalement ! tu voisbien que tu y es arrivée !
Répondre
S
Je ne suis pas sûre que tu me fasses là un cadeau au sens premier du terme.... Je epux réfléchir jusqu'à demain?Bises
Répondre
D
Comme je ne peux pas lutter devant tant de talent, j'ai baclé mon devoir en quatre phrases à paraître demain 17.36 Pacific Time. J'espère que j'aurai la moyenne.
Répondre